CASAMANCE : L’ARMEE SENEGALAISE AU FRONT

Depuis samedi dernier, l’armée sénégalaise même des opérations de sécurisation dans la zone de Niassya où des bombardements sont entendus tous les jours jusque dans les quartiers périphériques de Ziguinchor.

Après la zone de Niaguis, c’est au tour de Niassya de recevoir les militaires sénégalais pour une mission de sécurisation. Depuis samedi dernier, des tirs à l’arme lourde continuent à retentir et sont entendus jusque dans les quartiers périphériques de la commune de Ziguinchor. Selon nos sources même des villages du département de Bignona affirment avoir entendu ces détonations surtout celles du dimanche matin.

Des informations venant de la zone de Niassya font état d’un déploiement des forces militaires sénégalais qui mène des opérations de sécurisation dans les villages frontaliers avec la Guinée Bissao comme Basséré, Bouniack, Bouhouyoum, Kassolone qui restaient jusque- là contrôlés par les combattants du MFDC (Mouvement des Forces Démocratiques du Sénégal). L’objectif est de démanteler l’une des bases solides du MFDC qui se trouve être celui de Kassolone et permettre le retour au bercail des populations déplacées depuis plus de trente ans.

Ces informations confirment le déplacement des populations de ces villages pour se réfugier à Niassya laissant derrière nourriture, ustensiles, habilles et même du bétail comme dans les années 1990. Ces populations qui avaient nourri l’espoir de revoir leurs terres fertiles abandonnées il y a plus de trois décennies se retrouvent encore dans une situation jamais imaginée, celui d’abandonner leurs villages à nouveau sans le moindre présentiment.

La population de Basséré qui venait juste de regagner leur village n’ont que leurs yeux pour pleurer surtout à l’heure où elle espérait gagner de l’argent avec la cueillette des noix d’acajou pour assurer les trois repas quotidiens.

Cette situation d’insécurité vient plonger encore une fois les populations de ces villages déplacées dans le désarroi total. L’armée sénégalaise parviendra- t- elle à assurer la sécurité de ces personnes déplacées ? Ces populations déplacées pourront- elles bénéficier de programmes d’accompagnement pour leur retour prochain en cas de situation favorable ? L’avenir nous édifiera.

Mouhamadou Sambou



28 vues0 commentaire