Elinkine /Un Carrefour A Business Multiples Et Rentables.

Située à l’Ouest d’Oussouye, à 20 kilomètres, la presqu’ile d’Elinkine accueille différentes nations et ethnies de la sous région qui s’activent dans diverses activités économiques. Étant un site touristique et surtout de pêche qui constitue la principale activité, Elinkine est le deuxième poumon économique du département d’Oussouye après le site Balnéaire de Cap Skirring.

Un village à une seule porte d’entrée à l’image de Dakar, Elinkine est située à l’Est par la commune de Mlomp/Oussouye, à l’Ouest par les Iles que sont Carabane, Diogué entre autres Cachouane Ourong, au Sud par le village de Diantène auquel il est séparé par un petit Bolong et au Nord par le fleuve Casamance qui se jette à l’Océan Atlantique.

Un carrefour où se rencontrent toutes les sortes d’activités économiques de la pêche à la transformation de poissons en passant par le commerce de denrées et autres produits. Des nations étrangères comme les ghanéens, les Sierras Léonais, Libanais, les Guinéens, Maliens, Nigérians mais aussi des sénégalais de toutes les autres régions en majorité des sérère et des gandiol gandiol qui s’activent à 95% autour de la pêche. Des ghanéen qui s’affairent autour de la transformation du poisson qu’ils écoulent tout le temps dans des gros porteurs en destination du Ghana. Une activité qui non seulement contribue beaucoup à l’économie du pays avec les taxes communales. Des dizaines de pirogues qui débarquent chaque deux jour ou trois avec des poissons de toutes sortes. Des jeunes porteurs qui se chargent uniquement de la décharge de ces pirogues rémunérés à la fin du travail. Une activité qui fait surtout l’affaire des commerçants dans les magasins qui sont chargés de ravitailler ces pêcheurs sous crédits. L’ambiance du village se sent surtout lorsque les pêcheurs sont de retour de la mer principalement les ghanéens qui sont considérés comme les plus prodigues. Des filles de joie qui elles aussi voient leurs chiffres d’affaire en hausse dans leurs activités qu’elles déroulent, une coïncidence avec l’ambiance qui règne pendant ces périodes.

La pêche et la transformation de poissons, des activités qui génèrent des millions de francs CFA dans cette zone à potentiel économique. Des maisons qui se vident tous les matins pour rallier le quai de pêche à la recherche de poissons pour le petit commerce local ou communément appelé le « mbolé », du poisson offert et souvent destiné à la vente par le bénéficiaire.

Un carrefour qui reçoit chaque semaine des étrangers qui pour la plupart traversent des frontières de la Sous région en direction d’Elinkine. Des étrangers composés de jeunes garçons, jeunes filles, jeunes femmes…

Un lieu de rencontre pas comme les autres malgré son boom économique qui attire cette affluence. Elinkine est un village où l’attention et la vigilance sont les deux choses qui conduisent à un avenir radieux pour une jeunesse sans empreinte pouvant conduire à un handicap à l’avenir.

Moro Junior Dahaba.




70 vues0 commentaire