Fin de Formation en transformation des ressources halieutiques à Kaffountine après Niaguis, Zchor...

Le mardi 13 Juillet après avoir parcouru Niaguis, Ziguinchor, Elinkine pour enfin terminer à Kafountine avec la formation de 4 jours en transformation des produits halieutiques, en emballage, l’étiquetage, et pesage. Le bailleur ISCOS et ses partenaires, L’Union Régionale Santa Yalla, la Conférence épiscopale d’Italie et la Caritas Ziguinchor ont procédé à la remise d’attestations de fin d’atelier dans le Fogny Diabancounda aux femmes récipiendaires en vue d’une autonomisation financière.

Avec un parcours de combattant assez chaotique, l’ONG ISCOS avec ses partenaires ont pu en seize jours former quatre vingt dix femmes de la région naturelle de la Casamance. Une formation qui semble être difficile pour le bailleur en ces seize jours d’avoir sillonné les zones ciblées. D’importants moyens matériels et financiers ont été déployés durant ces moments pour ces quatre vingt dix femmes issues des zones de Ziguinchor, Niaguis, Elinkine et Kafountine.

Un bilan assez satisfaisant selon Madame Khady Yama Diop, Animatrice de la zone de « Djisoflit », coordonnatrice du programme d’ISCOS : « Je suis moins satisfaite car j’aurais aimé que toutes les femmes soient formées mais on rend grâce à Dieu car l’essentiel a été fait », a-t-elle laissé entendre.

Par ailleurs, malgré les efforts déployés, d’énormes difficultés ont été notés pour atteindre l’objectif en matière de ressources humaines, selon Madame Khady Yama Diop.

« Le critère de choix a été un problème car au début nous avions ciblé les jeunes de 18 à 40 ans alors que les filles sont à l’école. ISCOS a alors revu le critère d’âge et c’est ce qui nous a obligées, dans la zone de Ziguinchor de se rabattre sur des étudiantes en agro-alimentaire bien que cela ne soit pas notre souhait. », a-t-elle souligné.

Selon toujours Mme Khady Yama, le choix de ces filles en agro-alimentaire est non seulement de mettre en valeur les connaissances acquises à l’école mais surtout de mettre en pratique leurs expériences dans la vie active car disait David Mandessi Diop, « Les convictions intellectuelles n’ont de sens que lorsqu’elles sont mises en pratique. »

En ces seize jours de formation si l’objectif est atteint par le bailleur ISCOS, pour la coordonnatrice de « Djisoflit » le bilan est un peu loin des rêves Le souhait serait que toutes les femmes de la région naturelle soient formées pour un non dépendance des unes des autres

Moro Junior Dahaba, Kassumay FM




  • Youtube
  • Facebook
  • Twitter
UNION REGIONALE
SANTA YALLA
0

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube