Scandale sexuel en milieu éducatif à Ziguinchor : Un élève en classe 4 ème arrêté pour viol


(Ziguinchor) – Un cas de viol, d’abus sexuel impliquant un élève en classe de 4 éme dans une école publique à Ziguinchor défraie la chronique. Un fait bien rocambolesque qui a mis en cause le nommé Laurent B. D. Sagna âgé de 17 ans. Il est accusé d’avoir violé la jeune fille F.M, élève en classe de CP. Des faits qui se sont déroulés dans le courant de ce mois de janvier. L’élève Laurent B.D. Sagna à l’issu de sa garde à vue, a été envoyé depuis hier à la citadelle du silence.

Tout est parti le 23 janvier dernier quand la mère de la victime, la dame Binta Diatta, commerçante, domiciliée à Djirighor (un quartier situé dans la périphérie de la ville de Ziguinchor) s’est présentée au poste de police du Commissariat centrale de Ziguinchor pour déposer une plainte contre le nommé Laurent. B.D. Sagna âgé de 17 ans pour des faits de viol

sur sa fille F.M âgée de 12 ans, élève en classe de CP. «En effet, c’est le samedi 18 janvier 2020 aux environs de 18 heures que les choses se sont passées. J’avais envoyé ma fille F.M pour aller puiser de l’eau dans la maison des Manjacks qui fait face à notre concession familiale. Curieusement, ma fille va revenir très tard. Je lui ai demandé ce qu’elle faisait au point d’être en retard mais, elle n’a rien voulu me dire.

Ce n’est que le lendemain, quand je suis restée assise avec un ami de mon époux, que ce dernier a attiré mon attention sur la façon dont ma fille marchait. Je lui ai demandé à nouveau mais, elle n’a pas voulu me dire quoique soit. C’est la nuit que je l’ai retrouvé dans la chambre. Quand j’ai ouvert ses jambes, j’ai été surprise de constater avec amertume une blessure au niveau de ses parties intimes. Je lui ai demandé ce qui s’est passé. C’est quand je l’ai menacé de frappes qu’elle m’a dit toute la vérité. Ma fille m’a dit que c’est quand elle était parti pour puiser de l’eau chez les Manjacks à la veille, qu’elle a été interpellé par le nommé Laurent B.D. Sagna qui habite derrière notre maison.

Et que ce dernier l’a amené dans un couloir de la maison où se trouve le puits pour la forcer d’entretenir des rapports sexuels avec lui. J’ai alors avisé mon époux qui, à son tour, a interpellé notre fille qui lui a redit la même chose. Mon mari va s’ouvrir à sa famille. Sa dame et quelques membres de sa famille vont venir chez nous. C’est là que le nommé Laurent .B.D. Sagna a nié les faits qui lui sont reprochés. Ce n’est que le lendemain que sa mère va revenir dans notre concession familiale pour nous supplier, nous demander pardon et nous dire également de ne pas aller à l’hôpital afin de trouver une solution à l’amiable.

Ce que nous avons refusé avant de venir porter plainte à la police», a laissé entendre la dame Binta Diatta mère de F.M, devant les policiers enquêteurs. Sa fille F. M née le 19 octobre 2007, élève en classe de CP dans une école publique à Ziguinchor, entendu à son tour à la police, a rapporté textuellement aux policiers enquêteurs ce qu’elle avait dit à sa mère. «Laurent .B.D. Sagna m’a d’abord jeté par terre. Il a enlevé mon slip de couleur rouge avant de pénétrer son sexe dans mon vagin. Il a mis sa main dans ma bouche et m’a menacé en me disant que si je criais, il allait me tuer. C’était très douloureux et il y a avait du sang partout sur mes habits», a ajouté FM lors de son audition à la police. Le médecin de l’art, le gynécologue-obstétricien, en service au Centre de santé de Ziguinchor avisé, a certifié avoir examiné le 24 janvier 20 l’élève en classe de CP F.M qui était accompagnée par sa mère pour le motif de viol, d’abus sexuel. L’interrogatoire a rapporté un contact génito-génital avec pénétration et éjaculation sans port de préservatif ; cependant pas de notion de premières règles.

Sur l’examen physique objectif, il a été noté des signes de traumatismes récents de la fourchette vulvaire antérieure et des lésions hyménales d’allures récentes à 4 heures, 8 heures, 9heures et 21 heures. L’échographie faite, a montré une configuration utéro-annexielle normale et une absence de grossesse. Né le 23 août 2004 à Ziguinchor, le présumé auteur des faits Laurent B.D. Sagna élève en classe de 4éme, domicilié au quartier Djirighor, a été appréhendé par les policiers qui ont effectué une descente chez lui. Interpellé sommairement sur les faits qui lui sont reprochés, l’élève en classe de 4 ème Laurent B. D. Sagna a tenté de nier sans convaincre les accusations de viol portées à son encontre. Son enquête bouclée, pour les faits de viol sur une mineure âgée de moins de 12 ans, il a été déféré hier à la Maison d’arrêt et de correction de Ziguinchor où il médite sur son sort.

10 vues
  • Youtube
  • Facebook
  • Twitter
UNION REGIONALE
SANTA YALLA
0

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube