Kombo/Goundiour : Le Maraîchage, Une Activité Rentable Pour Les Femmes.

Tous les moyens sont bons pour se faire de l’argent à moins que celui-ci soit obtenu de façon licite. C’est dans ce contexte qu’est née l’une des activités lucratives auxquelles les femmes s’adonnent à nos jours, le maraichage pour une autonomisation financière.

A toute chose, malheur est bon comme dit l’adage.Si aujourd’hui l’exploitation du sable de carrière dans le Kombo / Goundiour, une localité de la Gambie constitue un grand danger qui guette l’environnement avec comme conséquences l’érosion côtière, la mort de cette belle forêt de végétation que l’on aperçoit à perte de vue à cause de l’action humaine, tel est loin d’être le souci majeur des femmes maraîchères. Une situation qui leur ouvre des portes bonheurs.

Pour rappel Goundiour fait aujourd’hui face à une menace d’érosion côtière, tout simplement à cause de l’exploitation de la dune de sable qui sert de barrière entre l’Océan et la terre ferme.

Une telle exploitation a crée des mares, à travers des carrières remplies d’eau l’hivernage.

Une situation à laquelle ont profité ces femmes pour le maraîchage. Des aires entourées de piquets avec une verdure attrayante, irriguées à partir des eaux de pluies remplies dans les mares creusées par ces exploitants de sable.

Une activité lucrative, florissante avec toutes sortes de produits maraîchers qu’elles écoulent dans les différents marchés de Brikama et ses environs.

Des femmes devenues autonomes sur le plan financier, une activité qui leur rapporte d’importantes sommes d’argent avec lesquels aujourd’hui elles se sentent libres sur le plan financier.

Si aujourd’hui d’aucuns pensent à l’autonomisation de la femme à travers l’entreprenariat féminin, ces femmes ont bel et bien les leurs à travers cette activité génératrice de revenu qui demande moins de dépenses mais plus de rendement.

Des femmes qui ont besoin d’accompagnement dans ce qu’elles font.

S’il est beau de lutter contre la dépendance mais avec quelles stratégies utiliser pour aussi penser au futur.Si aujourd’hui penser à son intérêt personnel au point de ruiner tout son environnement pour à la longue quémander, l’Etat d’Adama Barrow ne pourra t’il pas trouver une aire propice à ces braves ‘’Nder ‘’ de la province du Kombo pour une activité génératrice de revenu résultant avec zéro dépendance.

Moro Junior Dahaba.

8 vues0 commentaire