Léocadie Coly : une femme au Parcours Riche Dans Un Espoir Brisé

Marie Léocadie Coly,affectueusement surnommée « Mimi Coly » est une femme au destin à l’opposé de son paercours.La quarantaine, elle a fait preuve d’une résilience à toutes épreuves de son passage à l’Inspection d’Académie de Ziguinchor à ses émissions à la radio Kassumay FM en passant par ce « fameux voyage » en Ouganda en 2004 qui a façonné la vie de cette bonne femme célibataire.

Portrait

Mimi a vu le jour à Oussouye, le 07 Novembre 1977, de parents originaires du Bignona. C’est après son certificat d’études primaires élémentaires qu’elle intègre le centre des religieuses pour une formation en couture et l’éducation à la vie familiale pendant dix longues années. Elle est l’une des dames qui œuvre toujours pour la paix, la cohésion, l’union et l’entente au sein de sa population à travers ses émissions de femmes reporters sur les ondes de la Radio communautaire Kassumay FM 107 .0. Des émissions qui lui ont donné le sobriquet « Bâtisseuse de la paix ».

Un parcours qu’elle raconte avec fierté. « Après mon métier pendant dix ans, le projet world vision m’a formée et m’affectée dans le Ngaye Mékhé pendant quatre longues années pour enseigner l’alphabétisation en wolof et l’éducation à la vie familiale .Après la fin de ce contrat, j’ai signé un autre avec l’Inspection d’Académie de Ziguinchor où j’ai enseigné le Diola pendant deux ans. » « C’est à la fin de mon contrat avec l’inspection d’académie de Ziguinchor que l’Union Régional Santa Yalla m’a coptée pour les émissions en langues nationales, Diola et Wolof avec la traduction des textes », insiste t-elle.

Outre la formation des citoyens de son pays dans le secteur informel, Mimi a beaucoup contribué à la formation sanitaire de sa région natale par le biais de ses différents partenaires. « C’est avec mes émissions à la Radio Kassumay Fm que la Région médicale m’a recrutée pour une sensibilisation sur le paludisme. C’est ce qui m’a ouvert d’autres portes avec l’accès à la sensibilisation sur le tétanos avec les femmes transformatrices dans les zones de l’URSY en les formant sur les méthodes de prévention du tétanos avec les types de vaccins à prendre », nous fait savoir, la bâtisseuse de la paix.

Ces formations en santé lui ont donné accès à d’autres formations hors de sa contrée. C’est ainsi qu’elle participe à sa première formation sur le VIH /SIDA à Dakar. « C’est à mon retour de Dakar sur la formation avec le VIH Sida que j’ai commencé à sensibiliser la commune de Ziguinchor sur cette maladie dans les ondes de la Radio Kassumay Fm. C’est ainsi que je continue à participer tout le temps à des formations », dit -elle en souriant.

Ces formations continues ont ouvert les portes à notre « chère bâtisseuse de la paix » pour aller à la découverte d’autres cieux, toujours à la quête du savoir. « En 2007, j’ai été choisie comme la seule femme au Sénégal pour représenter mon pays à Nairobi pour une formation internationale sur la paix en Afrique. Arrivée là-bas ils m’ont amenée à Kampala en Ouganda .Dans cette formation, j’ai appris la gestion des conflits, comment négocier un conflit, la communication non violente au quotidien, la médiation », Continue-t-elle.

Une fois au bercail, la femme de paix n’a pas voulu mettre son diplôme dans les tiroirs. Elle continue son œuvre de bonne volonté. « A mon retour je continue à faire des émissions à la radio kassumay, en faisant une descente dans les quartiers en regroupant les jeunes et les femmes. A partir de là, J’ai été pour d’autres formations sur les violences basées sur le genre et celles faites aux femmes, comment éviter une violence sur toutes ses formes, comment organiser un forum ouvert, une fois en public comment les regrouper et leur parler. Celle-ci est due à la recrudescence de la violence dans nos sociétés», poursuit-elle.

Les formations en droits Humains ont été pour elle un grand bénéfice au profit d’une formation qu’elle a bénéficiée de la part de l’Etat civil. « L’Etat civil aussi m’a formée sur la sensibilisation sur les papiers comme l’extrait de naissance, de mariage, de décès…pour éviter des complications. C’est depuis lors que j’ai vu que je suis la seule femme reporter qui a subi beaucoup de formations depuis 17 ans à la radio. »

Aujourd’hui cette renommée internationale qu’a obtenue notre « bâtisseuse de la paix » semble être un ex-nihilo, avec son diplôme international obtenu lors de sa formation en Ouganda, casé dans les tiroirs et oublié par nos autorités. « Quand je suis arrivée à l’aéroport Léopold Sédar Senghor à mon retour d’Ouganda, j’ai été accueillie par une importante délégation composée de journalistes sénégalais et autorités. Ils ont fait une copie légalisée de mon diplôme et l’ex président de la République Abdoulaye m’a demandé où je veux bâtir la paix. Je lui répondis dans ma chère Casamance naturelle. Et depuis lors je suis toujours à l’attente presque 17 ans », nous dit-elle avec un ton triste.

« Rien ne sert à compliquer la vie », c’est avec ces propos qu’elle entame pour nous dire ses rapports avec ses collègues de service. « Mes collègues m’adorent beaucoup, notre présidente Aminata Mané est toujours contente de moi ainsi que toutes mes autres collègues. Vraiment nous entretenons de bonnes relations. Mon lieu de service est donc mon deuxième domicile depuis 17 ans », Relate avec un sourire léger.

Malgré cette longue période d’attente qui semble être un oubli de la part des autorités sénégalaises, notre « gardienne de la paix » garde toujours espoirs et rappelle à nos autorités de revenir en arrière et surtout de tenir leurs promesses. « Les autorités ne doivent toujours pas oublier la Casamance. Qu’elles sachent que la bâtisseuse de la paix est toujours à l’écoute, qu’elles valorisent mon diplôme internationale qui dort dans leur tiroir depuis plus d’une décennie », lance t-elle avec un air pitoyable.

Le sort réservé à notre chère bâtisseuse de la paix résulte d’un espoir brisé malgré cette longue chaine de batailles qu’elle a menées pour la tranquillité et le développement de son cher pays de la Téranga.

Rédaction



24 vues0 commentaire