LA BOUTIQUE DE DROIT DE ZIGUINCHOR MET L’ACCENT SUR LE CERTIFICAT DE DECES ET D’INHUMER

Le certificat d’inhumer et de décès deux documents nécessaires mais peu connus dans beaucoup de familles lors des décès. Des documents dont la négligence peut couter des sanctions sévères aux victimes.

La plupart des familles dans nos sociétés ignorent les textes. Comme dit l’adage « Nul n’est censé ignoré la loi ». C’est le constat dans nos familles. Certes le destin n’avertit jamais mais le devoir demeure une obligation pour tout individu. Alor se procurer de ces deux documents demeure une obligation pour toute personne qui ignore leurs utilités. Vu l’ignorance ou parfois la négligence de la société, la boutique de droit rappelle la population à la recherche de ces deux documents indispensables pendant les décès. « Il est formellement interdit aujourd’hui d’enterrer une personne sans le permis d’inhumer. L’acte de décès et d’inhumation sont très importants. C’est après avoir fait le constat de décès par un médecin ou l’infirmier qu’on part à l’Etat Civil, muni de ces pièces plus celles des témoins pour l’obtention de ces documents. S’il n’y a pas de médecin c’est le chef de village qui vient faire le constat. Lorsqu’on enterre une personne sans le permis d’inhumer, ces personnes sont passibles de poursuite pénale. Quand le procureur est informé qu’on a inhumé une personne sans permis dans une localité, il peut demander à ce qu’on exhume le corps pour une autopsie afin de pouvoir savoir de quoi est morte la personne .Tout décès doit être constaté » ,a déclaré Ndèye Astou Goudiaby, Coordonnatrice de la Boutique de droit de Ziguinchor.

Dans sa narration, la Coordonnatrice lance également un appel à la population : « C’est sur ce point que je vais lancer un appel aux gens de déclarer à temps. Si non après un an cela vous prendra un temps et vous n’avez plus la possibilité d’aller à l’Etat Civil, il faudra aller au tribunal pour un jugement de déclaration tardive », insiste Mme la coordonnatrice.

Pour parer à d’éventuels litiges dans des familles pour un héritage facile mais surtout pour courir d’éventuels risques de poursuites pénales, le certificat de décès et le permis d’inhumer remettent la population sur son droit pour une société avec une conscience tranquille.

Par Moro Junior Dahaba.



42 vues0 commentaire
  • Youtube
  • Facebook
  • Twitter
UNION REGIONALE
SANTA YALLA