Mpack/Les Conducteurs de Moto-taxis Jakarta en Difficultés en Cette Période Covid-19.

En cette période de Covid-19 ayant occasionné la fermeture des frontières terrestres, la traversée entre les pays frontaliers est devenue pour les voyageurs une chose difficile.

Pour conséquences, le transport inter-état est à l’arrêt depuis des mois, les frontières sont presque inanimées, les activités presque mortes. Quitter un pays à un autre devient difficile et la clandestinité prend la relève avec la traversée à bord de motos taxi Jakarta pour accès dans le territoire étranger.

C’est le cas à la frontière Sénégalo-Bissau Guinéenne de Mpack, située à une dizaine de kilomètres de Ziguinchor ou, arrivé sur les lieux, c’est un calme total dominé presque par des bruits d’oiseaux sauf quelques voix provenant des personnes qui sont sur les lieux. À peine entrés, sous un hangar, c’est un groupe de jeunes garçons assis sous le hangar, des visages crispés, certains les mains sous le menton, c’est un désespoir total.

Des garçons qui ne savent plus à quel saint se vouer, vivant dans le calvaire dues aux activités qu’ils exercent .Une activité pas comme les autres, sous la supervision de la police des frontières du Sénégal et de la Guinée Bissau. Un métier non seulement risqué, pour ces jeunes toujours à la poursuite des policiers après avoir eu un client à transporter. « C’est vraiment difficile pour nous, çà ne va pas pour nous .Les policiers nous chassent tous les jours parfois ils saisissent mêmes nos motos, notre vie et notre santé sont risquées, », a laissé entendre Aliou Barry, transporteur de moto taxi à Mpack.

Un métier qui ne nourrit pas son homme, selon ces jeunes malgré les sacrifices qu’ils font pour faire traverser les clients. « Il n’y a rien dans ce métier, parfois on nous paye mêmes des prix dérisoires, allant même à 1000f, 2000f voire même 1500f alors qu’on y gagne rien. », a toujours signalé Aliou Barry, conducteurs de moto-taxis.

En cette période de pandémie, le souci majeur de ces jeunes transporteurs de moto-taxis et soutien de famille est comment trouver un accord avec les polices frontalières afin de propulser leurs activités.

Moro Junior Dahaba, Kassumay FM



  • Youtube
  • Facebook
  • Twitter
UNION REGIONALE
SANTA YALLA
0

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube