Polémique sur la Chloroquine : Pr Seydi parle

Polémique sur la Chloroquine : "Nous allons nous baser que sur nos résultats pour prendre des décisions" (Pr Seydi)

Le Sénégal se démarque de la polémique mondiale sur le traitement à l'hydroxychloroquine dont l'efficacité a été chahutée par une étude publiée dans la revue médicale "The Lancet" qui s'est elle-même révélée douteuse. Le "maître d'œuvre" de la prise en charge des malades de Covid-19 au Sénégal, le Pr Moussa Seydi a décidé de ne donner foi, désormais, qu'à ses propres études dont les résultats établissent l'efficacité sans équivoque du protocole du Pr Didier Raoult.

D'ailleurs, les résultats de la dernière étude menée par le chef du service des maladies infectieuses de Fann et son équipe, présentée ce matin, ne laisse place à aucune ambiguïté. "Dans notre projet de recherche nous avons pu analyser les données de 559 patients et non de 162 patients comme la fois passée. Ces données sont issues des sites de Fann, de Dalal Jam et de Diamniadio. Parmi ces 569 patients, 498 étaient âgés de plus de 12 ans. L'âge médian était de 33 ans et tous les âges étaient représentés, des nourrissons aux personnes âgées de 85 ans. Il y avait autant d'hommes que de femmes. 1 patient sur 5 avait une comorbidité. 65% de nos patients hospitalisés dans ces sites étaient symptomatiques", fait savoir le Pr Seydi.

Le résultat de ce traitement à l'hydroxychloroquine-azithromycine montre, selon lui, que "l'efficacité était réelle". Pour preuve, "la durée médiane d'hospitalisation des patients qui avaient pris ce traitement était de 10,5 jours versus 13 jours chez les patients qui n'avaient pas pris ce traitement. Tous les patients qui avaient pris ce traitement au stade précoce, c'est-à-dire avant l'apparition de complications, sont guéris et aucun n'est décédé", informe le Pr Seydi qui signale que seuls 12 cas d'intolérance ont été notés.

Encore que sur ce point précis, "les effets secondaires cardiovasculaires se voyaient sur 0,6% des cas. Tous les autres effets secondaires étaient bénins et réversibles à l'arrêt du traitement sans nécessiter un traitement supplémentaire". C'est donc dire, d'après Pr Seydi, que "le traitement est efficace pour réduire la charge virale parce que les patients ne sortent qu'après deux charges virales négatives. Aussi, le traitement est efficace dans la prévention des complications".

Par conséquent, confie Pr Moussa Seydi, "compte tenu de cette polémique, nous allons nous baser que sur nos résultats pour prendre des décisions. Nous allons donc poursuivre notre traitement et poursuivre l'évaluation des traitements disponibles en relation avec l'institut Pasteur de Dakar".

source:seneweb


  • Youtube
  • Facebook
  • Twitter
UNION REGIONALE
SANTA YALLA
0

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube